Alger 17e- 18e siècles, Femmes et transmission de biens – Fatiha Loualich

Jeudi 7 février à 18h00

Conférence suivie d’une vente dédicace du livre  de Fatiha Loualich « Alger,  XVIIe et XVIIIe siècles, parenté, alliances et patrimoine »

Le bien entre son acquisition, sa transmission ou sa conservation, chaque opération reste un choix qui détermine une stratégie adoptée par le propriétaire. Cette conférence traitera des formes de transmission de biens par les femmes.

Nous essayerons d’étudier les trois volets, que nous jugeons cruciaux dans l’étude de la transmission des biens.

  • Comment les femmes accédaient-elles à l’appropriation des biens ? Par quelle voie : la voie de la gratuité l’héritage, les donations, ou par la voie du marché,  celle de l’investissement ?
  • Comment transmettaient-elles leurs biens ? Quelle sont les formes de transmission les plus privilégiées ? Pourquoi évitaient-elles la loi successorale comme forme de transmission et privilégiaient-elles les autres formes de transmission ?
  • Comment s’opérait la dévolution et comment  transmettaient-elles leurs biens ? À qui profitaient les transmissions faites par les femmes ?

Les documents exploités pour ce travail sont exclusivement les actes des Maḥᾱkim Sharʿyya  d’Alger (une série qui fait partie du fond ottoman). Ils  se composent des différents actes enregistrés et authentifiés par des témoins devant les qᾱdhis d’Alger qui siègent dans les deux Maḥᾱkim : la Maḥkama malékite et la Maḥkama ḥanafite.

FT          Livre

Fatiha Loualich