Femmes, النساء

179
©maya benchikh el fegoun

Depuis la fin du XIXe siècle, nous assistons à une évolution sans précédent du statut de la femme.  La reconnaissance légale de ses droits de citoyenne à part entière en est le signe le plus frappant.

Dans la culture occidentale, s’est opérée une mutation du paradigme qui considérait la femme comme une mineure ou « sous la tutelle » de son époux pour laisser place à un modèle introduisant un changement dans la relation homme-femme basée de plus en plus sur les principes de réciprocité et d’égalité.

Dans certains pays de culture arabo-musulmane, les législations politiques et socio-économiques et les progrès technologiques ont permis aux femmes d’entrer dans le domaine public et de rivaliser avec les hommes dans certains secteurs de la société.

Les femmes sont héritières d’une Histoire marquée par de forts conditionnements et la dyade homme-femme est régie par des règles anthropologiques complexes, révélant bien souvent un rapport de domination. Ces perceptions sont le lieu de discussions passionnées voire houleuses.

Nous nous proposons de poursuivre ce débat qui date de la nuit des temps sur plusieurs fronts :

Les femmes, sont dans l’histoire, elles y ont participé de différentes manières. Que sait-on de la place et des rôles des femmes dans l’antiquité en Afrique ?

Les femmes durant la période Ottomane et coloniale, la prostitution et les crimes de femmes, quels rôles avaient-elles ? Les femmes et les guerres ? Les femmes après les indépendances ? Naissance des mouvements féministes contre le code de la famille et durant les années 90′ en Algérie ?

L’apparition des femmes dans l’espace public. Quelles conséquences ont ces évolutions sur l’institution de la famille. Explorer tous ces bouleversements de la société, C’est ce que l’on appelle aujourd’hui les études de genre.

Cette théorie est aujourd’hui enseignée un peu partout dans le monde. Mais qu’est-ce que le Genre ? La sociologue Fatou Sow parle de « Perspective féministe » car selon elle le terme genre efface les rapports de domination. Françoise Héritier, anthropologue, quant à elle parle de « valence différentielle des sexes », elle explique de « tout temps et tout lieu le masculin est considéré comme supérieur au féminin ». Le débat est ouvert !

Ce thème explorera donc sous le prisme des femmes, en Afrique particulièrement, l’histoire, la littérature, l’art, la sociologie, la philosophie, la religion, le cinéma et la musique. Il est temps de questionner le savoir académique en replaçant les femmes dans la recherche scientifique.